Cher Président,

Vous vous félicitez de la politique mise en œuvre afin de réprimer des manifestations violentes.
Vous appuyez le fait qu’il n’y ait pas de mort du coté des forces de l’ordre.
Laissez nous vous rappeler que nos manifestations sont avant tout pacifiques et n’ont pas pour objectif de tuer qui que ce soit.

Il est donc ordinaire pour vous que des CRS visent des manifestants avec des armes de guerre en tir tendu. Il est donc ordinaire pour vous que le peuple français perde œil, main et décède.
Tant que cela ne touche pas vos soldats c’est normal, habituel, et légitime.

Lors de votre discours, pas un mot sur les violences subies par le peuple pour le seul fait d’être dans la rue, pas un mot pour les victimes, pas un mot sur toutes les violences policières et judiciaires totalement abusives depuis le début du mouvement.
Pas un mot sur les différentes associations et institutions qui appellent à l’interdiction de ces armes pour le maintien de l’ordre…

Vous pensez votre peuple assez aveugle pour ne pas voir qui génère la violence au sein de notre mouvement ? Qui commet des violences et des mutilations ?
Les forces de l’ordre sont présentées dans votre discours comme des victimes.
Des victimes équipées comme si elles allaient en guerre, de parfaits robocops, lourdement armés bien entendu, qui répondent sagement à vos ordres. Leur ennemi : le peuple en colère non armé…

Nous avons une constitution et nous avons des lois.
Vous et vos forces armées semblez au dessus en portant atteinte à l’intégrité physique des manifestants et à leurs libertés individuelles.
Qu’en est-il des droits de l’Homme ?
Lors de la mascarade qu’est le grand débat, il est pratique d’évoquer notre mouvement que vous qualifiez de « crise des Gilets Jaunes » afin de détourner l’attention de certains sujets polémiques tels que l’affaire Benalla…

Nous descendons dans la rue pour lutter pour nos droits, pour lutter contre les injustices provoquées par votre politique.
Nous descendons dans la rue parce que nous sommes en situation de survie.
Est-il utile de rappeler que l’essence est revenue au même prix qu’en Novembre 2018 ? Est-il utile de rappeler que cette augmentation a été le déclencheur de notre mouvement social, la goutte de trop ?

De plus, Ford a annoncé hier la fermeture de son site de Blanquefort après avoir reçu des dizaines de millions d’euros d’aide publique afin de maintenir les emplois.
Quel avenir pour les 850 salariés ? Chômage et précarité ? Salariés, sous traitants, tous ceux à qui ce site permettait de vivre seront-ils laissés pour compte ?
Les aides publiques versées seront-elles restituées ?

Nous exigeons une démocratie réelle et non une dictature maintenue dans l’illusion démocratique. Pour cela, nous occupons NOS rues chaque samedi malgré le danger.

Si c’est cela le pire, comme vous l’affirmez, nous sommes fiers de nous en rendre complices et nous continuerons ! Nous en sommes devenus adeptes tout comme la majorité des français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here